• My generation

    Alors comme ça il parait que ma génération, celle qui part en masse à la retraite en ce moment (celle de Mai 68, les 60-70 ans, moi j'en ai 57) serait hédoniste, égoïste, bénie des dieux, ayant tout accaparé, jouisseuse, profiteuse, voleuse, alcoolique, droguée, gauchiste, insolente, sexuellement dégénérée, j'en passe et des meilleures ? ce serait une exception dans l'Histoire, la première à profiter à plein du système français des retraites , et la dernière ?

    http://fortune.fdesouche.com/9258-la-generation-de-mai-68-profite-a-plein-de-sa-retraite

    Mais qu'est ce que c'est que cette manière d'amalgamer toute une classe d'âge ? ou toute une profession, ou catégorie professionnelle  (par exemple les fonctionnaires) ?

    est ce que ce n'est pas semblable au racisme le plus niais, celui qui consiste à décréter que tous ceux qui ont telle caractéristique physique ou linguistique sont meilleurs, ou pires, que les autres ?

    est ce que je suis responsable, et coupable, moi, d'être né en 1952 ?

    et surtout, la bonne question : est ce que ce genre d'articles ne prépare pas une opération de spoliation de grande ampleur perpétrée par le Gestell contre cette classe d'âge ? il y a de nombreuses manières "démocratiques" de le faire, par exemple ne pas indexer les retraites sur l'inflation, qui devrait devenir assez forte dans les prochaines années, ou les indexer moins que les salaires (ce qui, en période de disette, semble normal) !

    Excusez moi, mais s'agissant de déterminer de quoi je suis responsable et coupable, je préfère en faire l'examen moi même, compte tenu de l'état de délabrement moral et intellectuel de ce pays!

    Et je l'ai d'ailleurs déjà dit ici : je suis coupable et responsable de ne m'être fait aucune illusion sur le sens des évènements de 68, et ce dès l'année 1968 même : j'ai clairement vu que des slogans comme "Jouir sans entraves" mènent une société droit dans le mur, et d'ailleurs ceux qui avaient ou ont toujours ce slogan à la bouche auraient dû s'en apercevoir,  puisqu'ils sont aussi ceux qui ont promu la psychanalyse (Freud et Lacan, pas Jung évidemment, considéré par eux comme un mystique obscurantiste et quasi-nazi) .

    Or les deux axiomes de Freud sont :

    - libérer l'expression des pulsions (dans la cure, mais cela englobe très bien leurs manifestations et leurs slogans à la con)

    - censurer le passage à l'acte, ou certains passages à l'acte (comme la pédophilie, la zoophilie, le tourisme sexuel des bobos blancs masculins, etc..)

    auquel Lacan adjoint un troisième axiome en démontrant (croit il) que cela entraîne aussi des contraintes sur la parole (ce qui pourrait d'ailleurs expliquer la censure antiraciste et politiquement correcte).

    Je ne vais pas ici tenter d'esquiver ma culpabilité (j'adore ce mot car il va contre l'Esprit du Temps) en demandant ce que j'aurais pu faire, moi qui n'avait aucune participation à aucun réseau poilitique, social ou culturel.

    je ne vais pas le faire car si je veux garder ouvert cet espace de liberté qui est constitué par ce blog, il me faut respecter des contraintes minimales de cohérence.

    or je ne reconnais aucun "droit de l'homme", je laisse ça aux bobos et autres Julien Dray collectionnant les montres à 30000 euros, aucun droit hormis un seul : le droit de reconnaître les vérités mises à portée (de notre compréhension) par D-ieu (le Dieu des philosophes)  et de réussir à "adapter" les circonstances extérieures pour qu'elles se conforment à ces vérités.

    Or la raison pour laquelle je ne pouvais pas mettre en oeuvre ce droit est simple : j'étais (ou plutôt me croyais) athée , jusqu'à il y a peu (jusqu'à l'année de création de ce blog, soit 2005).

    Et de cela je suis responsable et coupable car être athée est, comme le disait Rudolf Steiner (un autre visionnaire qui , comme Husserl et quelques autres, va revenir en grâce ici, ce qui va à coup sûr scandaliser quelques uns, à commencer par moi d'ailleurs) : être athée est le signe d'une profonde maladie de l'âme.

    Et des maladies de l' âme, de notre âme, nous sommes responsables et coupables!

    une autre de ces maladies qui n'est d'ailleurs pas sans relation avec l' athéisme, ce manque d'intelligence et de sens moral, est l'alcoolisme : autant vous prévenir donc que je ne suis absolument pas d'accord avec les stratégies et des alcoologues (en leur grande majorité) et des associations comme les Alcooliques Anonymes, qui passent leur temps à "dédramatiser", comme ils disent, et à répéter aux alcooliques qui viennent les voir cette "bonne nouvelle" (croient ils), cet Evangile (bidon) : "vous êtes atteint d'une maladie, pas d'un vice, vous n'êtes donc pas coupable d'avoir cette maladie, mais seulement responsable de faire ce qu'il faut pour guérir"

    ce qui veut dire, dans leur charabia à l'eau de rose (mais gare aux épines !) : "vous êtes responsable de continuer à venir aux réunions des Alcooliques anonymes, et de promouvoir ainsi ce mouvement"...

    Moi qui suis coupable de n'avoir rien fait contre le démoniaque esprit du Temps (ce qui ne veut pas dire n'avoir rien tenté, mais n'avoir pas réussi) que j'avais tôt reconnu, je suis encore plus coupable que ceux qui croyaient sincèrement à ce qu'ils faisaient et disaient en prenant part aux évènements de 1968.

    Ce qui veut dire : je suis bien plus coupable que les imbéciles, puisque je suis intelligent .... ce qui me parait couler de source, non ?

    mais reste à savoir si tous étaient des imbéciles, c'est à dire si tous étaient sincères...et cela dépasse la portée de mon entendement et de mes facultés d'enquête, quoique pour certains individus, comme Daniel Cohn-Bendit, je n'ai pas besoin d'enquêter pour connaître à coup sûr la réponse...

     Moi qui suis coupable d'avoir dormi trop longtemps, et de ne m'être réveillé que sur le tard, après 50 ans, je vais bien plus loin que ceux qui se contentent de sussurer : "Jouir sans entraves , c'est incompatible avec l'harmonie et la simple paix sociale", en croyant avoir découvert une vérité transcendante et en se rengorgeant....

    Je dis qu' Husserl a raison de signaler (voir article récent) que "toute jouissance est passivité".

    Je dis qu'Eric Weil a raison de dire que la véritable origine de l'invention du "faux Dieu", de l'analogon de Constantin Brunner, bref du "dieu" des religions, propre aux masses idolâtres, cette véritable origine c'est que : "le Moi ne peut pas jouir" (il l'explique dans "Logique de la philosophie", lorsqu'il aborde justement la catégorie "Dieu", la plus ancienne des catégories modernes et la plus modernes des catégories anciennes).

    Je dis que le seul sens universellement assignable à la vie humaine, c'est de devenir Dieu...Dieu qui est Esprit, mais, non pas dans, mais au moyen d'une âme et d'un corps. Après quoi, lorsque le cheval a rempli sa tâche, le cavalier peut tuer le cheval...

    Et je tire de ces trois prémisses la conclusion logique : toute jouissance nous est interdite.

    On comprendra donc que je ne me reconnais pas dans le portrait apocalyptique de ma "génération"dressé par l'article cité au début !

    ce qui est bien normal puisque je ne me reconnais pas comme faisant partie de cette génération, ni d'aucune autre d'ailleurs...de la "génération morale" qui est venue après, ou de la génération "nique ta mère" qui est venue encore après...et la suivante, que sera t'elle ? la génération qui fait la bombe dans le RER ?

    L'un des membres de ces "générations suivantes" m'a agressé l'autre jour en ces termes, qu'il croyait polis : "bonnes vacances !"

    comme si j'avais une tête à partir en vacances !

    eh bien non ! je ne pars pas en vacances, moi ! et d'ailleurs, si je devenais président de la république (ce qui ne pourrait se produire qu'à la suite d'un coup d'Etat, car je suis trop fier pour m'abaisser à faire de la politique et me présenter aux élections), la première mesure que je prendrais serait de supprimer les vacances et les retraites (sauf pour ceux qui ne peuvent clairement plus travailler, les gâteux en hospice ou hopitaux psychiâtriques par exemple bien que nombbre d'entre eux puissent assumer les tâches de jardinage public).

    on voit donc que je me fais fort peu de soucis pour ma future "retraite".

    Moi qui tien ces propos scandaleux et "fachos", j'ai quelques points communs avec Adolf Hitler dans son bunker, celui des derniers jours : moi non plus, je ne "fais plus de politique" (mais à la différence du moustachu je n' en ai jamais fait).

    Et mon bunker à moi, c'est ce blog... mais là s'arrêtent les points communs entre "oncle Dolfie" et moi...

    car ce blog c'est à peu près le seul espace de liberté qui me reste!

    je suis donc effectivement un privilégié par rapport à la grande masse, qui n'en dispose absolument d'aucun!

    mais pas pour les raisons mises en avant dans l'article !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :